Mot du Bureau 2016

Le mandat du précédent Bureau du CJO présidé par Nicolas Reina s’achève avec brio. Il laisse une organisation solide, légitime et bien intégrée auprès de la SOFCOT, du Collège (CFCOT) et des Sociétés Associées Partenaires (SAP). Le CJO fait aussi partie désormais de notre quotidien avec des propositions de formation, un représentant CJO par CHU, une application pratique et une implication désormais régulière aux tables rondes ainsi qu’une session CJO au Congrès annuel de la SOFCOT.

Beaucoup de sujets brûlants sont aujourd’hui d’actualité:

  • L’évolution de l’application dont la version 2.0 a été lancée pour la SOFCOT 2016 et qui ne cesse de s’enrichir avec de nouvelles fonctionnalités.
  • La mise en place de Plateforme d’Enseignement à Distance que nous avions anticipée et qui, depuis fin novembre 2016, est officiellement obligatoire pour l’enseignement du nouveau DES d’Orthopédie-Traumatologie. Le CJO participe activement à sa mise en place pour novembre 2017.
  • Avec la Réforme du 3 ème Cycle ce sont aussi les agréments de stage qui seront modifiés. Nous devons veiller à ce que la qualité de la formation soit au moins aussi bonne qu’auparavant et que les 6 ans de DES suivi d’un post-DES de 1 à 2 ans permette de former de nouveaux orthopédistes de haut niveau.
  • La session CJO 2017 dont vous avez choisi le thème : « Peut on laisser opérer l’interne » avec son titre provoc’ ne manquera pas de susciter les débats les plus houleux. Nous mènerons une enquête auprès de tous les protagonistes afin de briser les tabous dont sont parfois victimes les plus jeunes d’entre nous. Ceci afin qu’en cette période de chamboulement du 3 ème cycle, de pression législative sur le temps de travail et d’homogénéisation national de programme de compétences techniques, l’interne optimise sereinement sa formation pratique au bloc opératoire avec la bienveillance de ses aînés. Nous mènerons en parallèle des travaux sur la simulation en orthopédie-traumatologie qui reste la grande absente de notre formation.
  • Nous devons aussi dépasser notre vision inter-régionale de l’acquisition des connaissances. Le CJO souhaite promouvoir la mobilité géographique pour des durées variées et adaptées auprès de chirurgiens experts reconnus. Certaines SAP proposent déjà de tels échanges, nous devons les faciliter. Au-delà de nos frontières, le FORTE rassemble les orthopaedic trainees de toute l’Europe. Cette année, le CJO a décidé que la France fort de son expérience chirurgicale serait présente au FORTE et fait désormais partie du Bureau Européen. Le Summer Summit doit devenir un de nos rendez-vous immanquables et les orthopédistes français ne devront plus rougir devant l’EBOT exam. Ce sera un gage supplémentaire de la qualité de notre formation devant nos confrères européens.

Vous l’aurez compris, 2017 sera placée sous le signe de la modernisation et de l’ouverture de notre formation. Une nouvelle ère connectée, technologique s’ouvre.
Soyons au rendez-vous !

-
Le bureau du CJO